B) Les personnes et les jeux concernés

Quels sont les groupes sociaux concernés par cette addiction?

Les adolescents et les jeunes adultes sont les premiers concernés par les jeux vidéo, les garçons étant les principaux touchés. Depuis 2004 à l'hôpital de Marmottan, 237 personnes sur 247 consultations étaient des adolescents ou des jeunes adultes mâles. Selon une enquête allemande réalisée sur 44 000 adolescents, 3% des garçons contre 0,3% des filles sont diagnostiquées comme dépendants aux jeux vidéo.

Le phénomène étant trop récent, il n'y a pas encore d'étude nationale sur ce sujet. Mais, quel que soit le type d’addiction, on considère que, dans la population touchée, il existe 5 % à 10 % de vrais addicts.

De nombreux chercheurs ont suivi de près les accros aux jeux vidéo et, l’une des plus récentes études, menée sur 650 adolescents canadiens, démontre qu’un joueur sur quatre y passe plus d’une heure par jour. Sans parler d’addiction, cette étude souligne que ces gros consommateurs de distractions électroniques sont essentiellement des garçons renfermés sur eux-même.  Cependant rappelons qu’environ 38 % de français jouent chaque jour au jeux vidéo et que si le temps de jeu augmente au cours de l’adolescence il réduit au moment du passage aux études supérieures ou l’entrée dans la vie active. Le phénomène devient inquiétant si la tendance ne s’inverse pas.

 

                 Graphique représentant la fréquence de jeu par rapport à l'âge de l'utilisateur



sondage-doc-2-2.jpgsondage-doc-2-1.jpg

 

 

Un geek: est une personne (généralement masculin) qui est vraiment passionnée par l’informatique, au point d'en être obsédé. Il passe la majorité de son temps devant son ordinateur. Quelqu’un qui passe ses journées sur son ordinateur pour son travail ou pour se divertir (film etc.) n’est pas considéré comme un geek.

Un nolife: est une personne qui consacre une très grande part (si ce n'est l'exclusivité) de son temps à pratiquer sa passion, voire son travail, au détriment d'autres activités. Cette addiction affecte ses relations sociales et sentimentales. Le terme est le plus souvent utilisé pour désigner un joueur souffrant d'une forte dépendance aux jeux vidéo ou à l'ordinateur.

Hardcore gamer: Un hardcore gamer, ou « joueur passionné », désigne un joueur qui s'implique énormément dans un jeu vidéo. Il joue beaucoup, et peut passer ses journées à tenter d'obtenir de meilleurs scores, seul ou contre d'autres joueurs ou d'autres équipes et explore un jeu entièrement pour en dénicher ses subtilités. Certains de ces joueurs peuvent être qualifiés de professionnels car ils sont payés pour s'entraîner et pour participer à des compétitions.

Noob: Les newbies sont des joueurs débutant, de fait ils ignorent tout des mécanismes du jeu et parfois de l'étiquette. Les noobs, quant à eux, sont inexpérimentés mais font souvent des erreurs et se moquent ouvertement des règles et de l'étiquette par prétention ou par négligence. En ce sens, le terme « noob » revêt une connotation particulièrement péjorative.

Nerd: Un nerd, est un terme anglais désignant une personne à la fois socialement handicapée et passionnée par des sujets liés à la science et aux techniques. Le terme de nerd est devenu plutôt péjoratif, à la différence de geek. En effet, comparé à un geek, un nerd est plus asocial, et plus polarisé sur ses centres d'intérêts, auxquels il consacre plus de temps.

PGM: Un PGM est un joueur de jeux en réseau qui gagne sa vie en jouant. La plupart des joueurs professionnels  appelés ProGamers, vivent en Corée, pays dans lequel l'engouement pour les jeux est immense. Le phénomène progaming perce néanmoins en Europe et aux Etats-Unis, où les plus grandes compétitions mondiales sont organisées, telle la Coupe du Monde des jeux vidéos.

 

 

Voici deux carricature nous montrant bien le mode de vie d'un Nolife:

 

nolife.jpg

 

 

 

 

 

nolife-2.jpg

 

 

 

 Et les types de jeux vidéo vidéo concernés par cette addiction?

 

Les jeux les plus à même d'entraîner une telle  addiction seraient les jeux de rôle en ligne massivement multi-joueurs autrement dit les MMORPG (Massively Multiplayer Online Role-Playing Game), dans lesquels les joueurs sont représentés dans le jeu par un personnage imaginaire: un avatar (ex: chevalier, gobelin) dont ils doivent augmenter le niveau par des combats contre d’autres internautes ou  contres des monstres du jeu.  

 Par ailleurs, les « geek » sont également très adeptes des jeux de combats plus réels avec des armes très proches de la réalité, où les joueurs peuvent communiquer entre eux grâce à des micros . Dans les deux cas, les joueurs qui pour la plupart ne se connaissent pas, vont créer des liens et auront envie de rejouer pour se voir. Ils deviennent chronophages car pour pouvoir progresser ils sont obligés de passer de plus en plus de temps devant leur écran.

Les jeux en ligne recréant des mondes parallèles virtuels présentent davantage un risque de dépendance car ces jeux proposent des objectifs sans cesse renouvelés, le joueur n'en fini donc jamais et est obstiné  à continuer.

D'après Serge Tisseron, les jeux en réseau comme World of Warcraft ou Minecraft  sont  particulièrement préoccupants pour les médecins car ils peuvent mener à des comportements pathologiques en particulier chez les jeunes. 

 

 

 

Image du jeu World Of Warcraft:

wow-2.jpg

 

 

 

                                Image du jeu Minecraft

minecraft-2.jpg

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site